Identification

Syndications

Médias Libres

Médias libres

Rennes Infos

Rennes info

Libertaires et sans-concessions contre l'islamophobie !

Anarchistes, communistes libertaires, anarcho-syndicalistes, autonomes, artistes, organisés ou non-organisés, nous faisons part de notre condamnation totale de l'islamophobie sous toutes ses formes. Nous affirmons que l'islamophobie est une forme de racisme.

Nous avons le désagréable pressentiment, au regard de l'actualité, que l'islamophobie, comme un racisme respectable et vertueux, devient l'un des ressorts privilégiés de la gauche au pouvoir et de la gauche bien-pensante. Nous faisons le constat exaspérant que les thématiques progressistes comme le féminisme, la laïcité ou la liberté d'expression sont régulièrement invoqué pour le justifier. Le fait qu'en février, à peine passé à gauche, le Sénat ait voté une loi d'interdiction de certains emplois aux femmes voilées ne fait que confirmer nos craintes. Il en est de même quant aux comportements et discours néo-coloniaux et racistes du Parti de Gauche et des organisateurs du fameux débat sur « comment faire face au Front national » (sic) à la Fête de l'Humanité (1.)

Les conséquences de l'islamophobie sont grandes pour celles et ceux qui la subissent : des lois liberticides votées ces dernières années jusqu'aux discriminations insidieuses, parfois flagrantes (par ex : les 4 animateurs de Gennevilliers suspendus car faisant le ramadan), sans parler des insultes et agressions diverses. Ces attaques racistes risquent fort de croître, et nous devons nous préparer à les combattre sans aucune ambiguïté.

En tant que libertaires nous réfutons et combattons tout raisonnement islamophobe porté au nom de l'idéologie libertaire et avons décidé de l'affirmer clairement par cet appel.

Parce que nous pensons qu'au sein du discours médiatique dominant, journalistique et politique, certains « philosophes », « dessinateurs » et « écrivains » surmédiatisés, comme Michel Onfray, Caroline Fourest ou l'équipe de Charlie Hebdo, participent de cette islamophobie ambiante et de sa propagation en se positionnant parfois comme libertaires, ou en agissant au nom de la tradition et de l'idéologie libertaire.

Parce que nous constatons que certains secteurs de « notre famille politique » sont imprégnés par l'idéologie islamophobe, et cela est insupportable. Cela se traduit au mieux par un désintérêt pour cette question (parfois par une condamnation certes claire de l'islamophobie mais couplée de moult rappels du combat primordial contre l'aliénation religieuse), au pire par le refus de reconnaitre l'islamophobie comme un racisme voire par le fait de s'affirmer islamophobe au nom d'un anticléricalisme primaire importé de contextes historiques différents, voire par des connivences et compromissions inacceptables, heureusement marginales mais pas assez vigoureusement condamnées.

Certaines choses doivent donc être rappelées à nos « camarades » :

NON, le terme islamophobie n'a pas été inventé par le régime iranien pour empêcher la critique de l'islam comme le proclame Caroline Fourest, le terme existait d'ailleurs déjà au début du XXème siècle.

NON, combattre l'islamophobie ne nous fait pas reculer devant les formes d'oppression que peuvent prendre les phénomènes religieux. Nous apportons ainsi notre soutien total à nos camarades en lutte au Maghreb, au Machrek et au Moyen-Orient qui s'opposent à un salafisme qui prend là-bas les formes réactionnaires et fascistes, et cela au plus grand bénéfice de l'impérialisme occidental.

NON, tous les musulmans qui luttent contre les lois islamophobes ne sont pas des crypto-islamistes ni des communautaristes venus faire du prosélytisme ou souhaitant interdire le blasphème. Beaucoup d'entre eux et elles sont des acteurs et actrices du mouvement social à part entière. Ils et elles luttent, s'auto-organisent, se battent pour leurs droits, contre le patriarcat, le racisme et pour la justice sociale au quotidien en revendiquant la spécificité de leurs oppressions et en pointant les contradictions qu'il peut y avoir au sein d'un certain discours « militant ». Critiquer leur façon de s'organiser ou de militer est une chose, les disqualifier par un discours marginalisant et raciste en est une autre.