Identification

Syndications

Médias Libres

Médias libres

Rennes Infos

Rennes info

Retraites, Santé, Familles : 1995  2010, retour sur 15 ans de combat pour la sécurité sociale.

Les retraites seront un des grands sujets de l’année : comme prévu en 2003, « cette année sera le moment d’ajuster les dispositifs en fonction des évolutions constatées ». Cette étape parachève une politique farouchement déterminée depuis de très nombreuses années. Plutôt que 1995, on peut même en situer le commencement en 1993 avec la signature du traité de Maastricht. Dès cette année-là,  les comptes de la caisse de la sécurité sociale ont globalement  commencé à péricliter avec la mise en place des premières mesures d’exonérations de cotisations sociales non compensées intégralement par l’Etat. Des tripatouillages obscurs ont alors peu à peu apparus, basculant des fonds de réserve particuliers (comme ceux des retraites des fonctionnaires) vers des caisses déficitaires, sans que personne ne le sache vraiment ni le contrôle.  Notre démarche est simple face à cette histoire.

 

 D’une part, il faut admettre que cette question est primordiale : la sécurité sociale est une très grande avancée sociale obtenue de haute lutte par le mouvement ouvrier, une avancée obtenue dans un contexte politique très peu démocratique, au lendemain de la guerre, arraché par le parti communiste et la CGT.  C’est bien la crainte de l’agitation sociale voire de guerre civile avec les anciens résistants toujours armés, et pas seulement des staliniens,  qui a permis de mettre en place ce système. 

 

D’autre part, face à cette attaque capitaliste par le biais de leur sbire étatique, la mémoire des luttes et des revendications passées est fondamentale dans le combat qui nous attend. Parce les termes du débat n’ont pas bougé d’un iota depuis 1995. Parce que la défaite majeure et amère de 2003 doit nous servir de leçon.

 

Nous re-publions plusieurs textes nationaux, locaux, qui datent de ces périodes et dont les points communs sont la lucidité sur ces questions et leur tendance libertaire et/ou syndicaliste révolutionnaire.

 

 2010 : les options possibles pour les retraites, toujours les mêmes ! 

 

Le système actuel  du régime général des retraites accorde une pension au prorata des revenus touchés pendant les meilleures années de la carrière professionnelle. A l’opposé, les régimes complémentaires fonctionnent par points achetés. Ce système général joue son équilibre comptable sur plusieurs paramètres :

 

-         le niveau des retraites ; 2003 a déjà entraîné une baisse importante des pensions, notamment par le nivellement par le bas en rapprochant les conditions du public sur celles du privé instauré en 1995. Le gouvernement pourrait accentuer cette diminution.

 

-         le niveau des cotisations ; Patronat et Etat ne veulent pas revenir sur leurs niveaux ni sur les exonérations, sujet tabou dont l’efficacité n’a jamais été prouvé. Cela en dépit des progrès considérables de la productivité horaire des travailleurs et de leur accaparement constant depuis les années 80 par les capitalistes. Mais le chômage de masse de ces années de crise a renforcé le manque à gagner. Pourront-ils l’éviter ?

 

-         la durée de cotisation ; l’allongement est déjà programmé et le gouvernement veut aller encore plus loin. Mais les travailleurs âgés sont souvent virer avant 60 ans et un allongement signifierait donc une amputation du niveau des retraites.

 

-         l’âge minimal de départ en retraite ; le gouvernement patronal veut relever l’âge légal du départ à la retraite mais cela toucherait surtout les travailleurs les moins qualifiés, ceux dont les conditions de travail sont les plus durs et dont l’espérance de vie est la plus courte. La pénibilité des tâches n’est toujours pas prit en compte et cette injustice continuerait.

 

Le constat est donc limpide, toujours le même : faire trinquer les cotisants salariés pour préserver les patrons du retour à un niveau « normale » de cotisation qui amputerait leur profit. Il s’agit bien de l’expression d’une lutte de classe qui ne dit pas son nom.

 

Pour consulter ces documents que nous mettrons en ligne progressivement, cliquez sur les liens ci-dessous :

 

-  2010 : Les gros mensonges officiels du gouvernement et des médias 

-  2010 : Un nouveau Hold-Up  se prépare

-  1995 : tract CNT, « la sécu c’est nous ! »

- 1997 : CNT, plate-forme revendicative pour la sécurité sociale

-  2003 : tract de l’association Sarthe Libertaire sur la sécurité sociale

- 2004 : analyse des raisons de la défaite à partir du récit de la lutte mancelle (GARAS)