Identification

Syndications

Armand Robin est né en 1912 dans une famille paysanne Bretonne de huit enfants. Sa langue maternelle est le Breton. Excellent élève, il échoue à l'oral de Normal sup et de l'agrégation  et devient traducteur et écrivain, collabore à des revues..


En 1934, sympathisant communiste, il fait un voyage en URSS dont il revient très déçu par l'univers soviétique, c'était avant Gide et son livre, mais après Istrati qui avait dénoncé le stalinisme dans son livre « Vers l'autre Flamme « 1929 

  Pendant la guerre, il travaille aux écoutes des radios en langues étrangères mais donne des doubles à la résistance. Comme la plupart des écrivains il publie des textes à la NRF et le livre « Le Temps qu'il fait » ce qui lui sera reproché.

  En 1943, il est congédié pour impertinences, il rompt avec la bourgeoisie et ses valeurs. Le 5 Octobre 1943 il adresse à la Gestapo « La lettre indésirable N°1 »où il dit son envie d'apprendre la langue hébraïque, dénonce les crimes des nazis « TUEURS, VOUS ETES DES TUEURS », les chambres à gaz motorisées et les camps où meurent des millions d'innocents en Pologne.

  En 1944, il reprend son bulletin d'écoute pour Combat et l'Humanité.

  En fin d'année 1944, il écrit dans le Libertaire le journal de la Fédératin Anarchiste. puis à Combat. Il rencontre Georges Brassens lui aussi militant de la FA, Michel Ragon, Maurice Nadeau.

  Il dissèque les mécanismes de la propagande dans les pays totalitaires, il rejoint Orwell pour dénoncer la profonde dénaturation que le marxisme léninisme fait subir au langage. Il dresse un véritable réquisitoire contre l'URSS, l'empire des bourgeois sauvages.

  Il se dit un indésirable définitif « je ne suis pas breton, français, chinois, anglais, je suis à la fois tout celà ». « Je suis l'homme universelet général du monde entier »Il se dit communiste total.

  En 1949, il traduit quatre poètes russes : Maiakowski,Boris Pasternak, Essenine  alors inconnus en France. En 1946, Robin traduit et publie les poèmes du hongrois Ady. Il traduira aussi :Holderlin, Montale, Omar Khayyam, Li Po, Mieckiewicz, Ungaretti, Wang Xwen, Paysero, Shakespeare.. On répertorie des traductions de Robin dans vingt deux langues dont le kalmouk, l'ouighour,le macédonien, le tchérémisse des prairies.

   En 1953 il publie 'La Fausse Parole », lettre à la Gestapon les «  Poèmes indésirables » constituent la deuxième partie du livre : les traductions des poèmes d'A  dy et de Pasternak dans leurs versions originales constituent le quatrième ensemble.

  Il attaque violemment le stalinisme et les poètes staliniens dont Aragon ce qui lui vaudra d'être inscrit sur la liste noire du CNE à la demande d'Aragon, il demandera alors a être inscrit sur toutes les listes noires. N'oublions pas qu'Aragon a publié une ode à Staline « Vive le Guépéou ».

  Deux autres textes intéressants paraissent en 1954-1955 dans le Libertaire « Le sort attristant de François Mitterand, ministre de l'intérieur » au début de la guerre d'Algérie, et « Pour Gilles Martinet et l'Observateur » sur les inculpations de Martinet et de son journal ancêtre du Nouvel Obs d'aujourd'hui.

  Armand Robin à écrit ce qui va être prémonitoire « Qu'importe qu'on m'abatte au coin d'une rue, j'écrirai des poèmes jusqu'à ce qu'on me tue »Armand Robin embarqué par la police est mort au dépôt de la préfecture de police dans des conditions jamais élucidées en 1961.

  Beaucoup des inédits de Robin finirent à la décharge publique.

 

 -Aux éditions Jean-Paul ROCHER- 24 euros

 

 à voir : http://armandrobin.org/icoadult.html

 

BIBLIO :

 

         PANAIT ISTRATI : Vers l'autre flamme -1931-Folio Essais

         André GIDE : Retour d'URSS -1936-Gallimard

         Jean MALAQUAIS : Le nommé Aragon ou le patriote professionnel -1947-

         Publié par Spartacus -Réedité par Syllepse