Identification

Syndications

feed-image flux RSS 2.0

Médias Libres

assos, collectifs

Les assocaitions locales et les collectifs de lutte expriment ici leur point de vue et lancent leurs appels.

Journée nationale d’information sur le fichier base élève Samedi 27 mars. RDV au Mans à 14H30 à l’Université du Maine

Communiqué à l’intention, des parents, des enseignants, des citoyens...

 

 

L'APEIS de la Sarthe (Association Pour l'Emploi, l'Information et la Solidarité des chômeurs et des précaires) est en danger, le Maire de Bouloire veut à tous prix récupérer les locaux qu’ils occupent depuis plusieurs années. Une pétition est disponible en ligne pour exiger une solution pour que l’apeis ne se retrouve pas à la rue.

Notre association qui existe depuis près de 15 ans et qui est intervenue pour trouver des solutions à des centaines de femmes et d’hommes est aujourd’hui menacée de se retrouver à la rue, sans locaux, sans moyen d’intervenir, sans possibilité de faire valoir les droits.

Le chômage explose, la précarité se développe, la pauvreté gagne du terrain, notre activité est donc plus que nécessaire ; indispensable, pour les plus précaires et les plus pauvres.

Bis repetita… ? Rendez-vous le 28 avril !
 
N'avez-vous pas le sentiment que le gouvernement nous rejoue un air connu ? Celui qui pourtant nous a collectivement conduits à la crise majeure que traversent actuellement nos universités et nos laboratoires. Entonné en chœur par Valérie Pécresse et par François Fillon dans un duo parfaitement rodé, le refrain en est le suivant. Profitant des vacances universitaires, le gouvernement fait valider un texte contesté et tente de faire croire à l'opinion publique qu'il discute, qu'il négocie et nous entend. Ainsi, explique-t-il, grâce à la discussion et à la concertation, tous les malentendus qui auraient été à l'origine du conflit seraient désormais levés et dans toute notre communauté, le calme et la sérénité retrouvés. Toute notre communauté ? Sauf, bien sûr, rajoute-t-il, une petite minorité d'activistes. Celle que vous connaissez bien, celle des extrémistes, celle des irresponsables. Celle qui bloque les établissements, celle qui met en péril les examens ou qui serait prête à les brader pour servir ses intérêts qui, naturellement, ne peuvent être que corporatistes et/ou politiques ! Le gouvernement instrumentalise ainsi avec un parfait cynisme le danger qui pèse sur les examens des étudiants, et dont, par son incapacité à répondre à des demandes à la fois tout à fait raisonnables et clairement définies, il porte en fait l'entière responsabilité.

La réponse d'une association de lutte pour les transsexuels au décret annoncé par la ministre de la Santé :

UN RÉSEAU POUR LES MUSIQUES ACTUELLES EN SARTHE
POURQUOI ?