Identification

Syndications

Médias Libres

Chat noir...Dans l'actualité, on parle beaucoup des conflits sociaux en Chine, où l'on compte pas moins de 80 000 “incidents de masse dans le monde du travail” (le doux euphémisme chinois pour grèves) depuis le début de l'année (contre 60 000 pour toute l'année 2006).

 

Mais personne ne parle de ce qui se passe actuellement dans les autres “marchés émergeants”.

Au Bangladesh, grand producteur de textile, 20 000 ouvriers se rassemblent, saccagent des dizaines d'usines et affrontent l'armée. Au Vietnam, des milliers de travailleurs du textile déclenchent des grèves sauvages malgré un syndicat officiel qui impose une discipline de fer aux travailleurs. Même chose en Egypte, en Indonésie, au Pakistan ... En Corée du Sud, le gouvernement arête 450 syndicalistes avant le début d'une grêve générale prévue pour la fin mai.


Tous ces pays, à des stades d'industrialisation forts différents (entre la Corée du Sud et le Bangladesh, 157ème pays le moins riche du monde, il y'a un gouffre), sont cependant considérés par les analystes financiers et les spéculateurs comme les “Next Eleven countries”. Traduisez, les onze “futurs géants économiques” (Corée du Sud, Mexique, Turquie, Philippines, Indonésie, Egypte, Iran, Pakistan, Nigéria, Vietnam, Bangladesh) qui rejoindront bientôt les 4 “nouveaux géants économiques” (Brésil, Russie, Inde, Chine). Depuis cinq ans, la ferme croyance s'est installée chez les analystes des banques Goldman Sachs et consorts que c'est de ces nations là que viendont les profits des capitalistes du XXIème siècle.


Or, justement, les travailleurs de ces pays ont décidé de se rebiffer sérieusement en 2009. Les gouvernements de ces contrées sont inquiets : le nationalisme ne semble plus capable de donner la foi en l'avenir à des millions de chômeurs durement frappés par la crise économique. Heureusement qu'il reste l'armée, sur qui on peut toujours compter pour briser les grèves.


Notons en passant que les conflits les plus violents à l'heure actuelle concernent l'industrie du textile, où les différents gouvernments sont en compétition féroce depuis trois décennies pour fournir aux capitalistes les “salaires les plus bas du monde” et “la population la moins revendicative du monde.”  Mais après tout, pour n'importe quel Etat, les populations dont il a la "responsabilité" sont tout juste bonnes à être utilisé pour faire tourner l'économie et garantir la souveraineté nationale. Tout cela, remarquez bien, pour satisfaire des consommateurs dont l'appétit pour les jeans Levis, les T-shirts Benneton et les pantalons VonDutch est, nous dit-on, insatiable.

 

Ouvrières en ChineLa situation en Chine mérite un article à elle toute seule, vu l'importance de ce pays dans l'économie mondiale. Il faut absolument voir China Blue, un documentaire filmé en cachette dans une usine de fabrication de jeans à Canton, et qui décrit une exploitation abolument hallucinante à base de 18 heures de travail quotidien, de salaires carrément pas payés, ou alors, quand ils le sont, grévés de grosses déductions par la direction “pour rembourser le coût de la cantine et du dortoir”.


Cependant, les pays du “Next 11”, connaissent également  une lutte des classes acharnée et des explosions sociales de plus en plus étendues et violentes, bien que non-médiatisées. Bizzarement, vous aurez beau lire quotidiennement Le Monde ou Libération, vous n'entendrez jamais parler des grèves massives au Bangladesh, au Vietnam, en Indonésie, en Egypte, en Corée du Sud, ...


Pour réparer cette lacune, voici un petit aperçu de la situation en mai 2009 parmi les travailleurs sur qui repose l'économie mondiale et qui semblent en avoir plus que marre de devoir subir la botte des puissants. Petit tour d'horizon en quelques articles.


Premier article, le Bangladesh : Des centaines d'usines détruites, des dizaines de milliers d'ouvriers grévistes affrontent l'armée

 Usine textile en flammes

Au pays des plus bas salaires du monde, rien ne va plus. 

Depuis novembre 2008, de plus en plus de travailleur-EUSE-s en colère du secteur textile déclenchent des grèves très violentes suite au non-paiement de leur salaires et aux vagues de licenciements massifs. La grande nouveauté c'est que cette fois, ils détruisent systématiquement les usines et les machines. Ce sont ainsi des centaines de manufactures textiles qui ont été saccagés au cours des derniers mois. Apparement, les machines (surtout les fileuses et les machines à coudre) sont particulièrement visées par les ouvrier-E-s en colère et finissent brisées à coups de barres de fer.